La Guerre des Clans Prophetie
bienvenue a toi jeune guerrier. tu es a la recherche d'aventure ? tu peux te joindre a un des 4 clans et commencer a écrire ton histoire !


Le clan de Vent est mort, le clan du Chaos menace l’équilibre, c’est à vous seul de choisir votre destinée et celle de la forêt de Cerfblanc.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation d'Etoile d'Hiver

Aller en bas 
AuteurMessage
Etoile d'Hiver

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 06/01/2018
Age : 17

MessageSujet: Présentation d'Etoile d'Hiver   Mer 25 Juil - 11:46


Étoile d'Hiver
« Ennui jour et nuit »

Personnage


Nom : Étoile d'Hiver Ø
Age : 50 lunes
Clan : Clan de l'Ombre

Je suis un un ancien chat d'élevage, devenu chat errant puis esclave.


Physique

Étoile d'Hiver est assexué. C'est-à-dire qu'il n'est ni mâle ni femelle. Par conséquent, sa silhouette est plutôt svelte, tout en conservant un puissante musculature, tout en finesse. Sa voix, douce et légèrement grave est aussi bien féminine que masculine. Tout comme son odeur et son visage, elle ne permet pas de l'apparenter à un sexe plus qu'à un autre.
Étoile d'Hiver possède de longues pattes fines et puissantes, qui lui permettent de courire vite et d'être agile. Ses pieds, rond et forts, dissimulent de longues griffes aussi solides qu'acérées. Il est plus grand que la moyenne des félins, sans que cela soit très remarquable pour autant.
Le visage d'Étoile d'Hiver est fin, surmonté par de grandes oreilles pointues et entaillées de toute part, victimes de ses nombreux combats. Il a un museau fin et un menton fort, qui prolonge son visage en un triangle adoucit par les longs poils de ses joues. Ses yeux sont grands et ronds, d'une couleur saisissante, mélange subtil entre le violet et le bleu. Son œil gàuche est barré d'un large griffure, souvenir d'un combat périlleux contrée son prédécesseur.
Étoile d'Hiver a une queue plutôt longue. Sa fourrure est très douce, dense et mi-longue sur le cou, la nuque et la queue. Né d'un couple de Sacrés de Birmanie, la douceur de sa fourrure est presque le seul point commun qu'il partage avec sa race originale.
D'un blanc immaculé, seules l'extrémité de sa queue et ses pattes sont noires. Ses pieds, quand à eux, sont gantés du même blanc pur que le reste de sa fourrure.

Caractère

Étoile d'Hiver est un chat au tempérament très particulier. Trouvant la vie très monotone et ennuyante, il est la plupart du temps calme et laconique. Il s'exprime de manière minimaliste, d'une voix posé, neutre et légèrement douce. Pourtant, derrière son masque de calme se dissimule un esprit tordu et excentrique. Lorsqu'Étoile d'Hiver ne supporte plus son ennui, il devient capable de tout. Ses paroles peuvent se faire ironiques à l'extrême, moqueuses ou encore blagueuses. Il peut se montrer cruel, enthousiaste ou exalté, sans la moindre distinction, son but étant simplement de tromper son ennui. Pour lui, toutes les solutions sont permises pour colorer la morosité de la vie, il se fiche de la morale, des règles ou même du bon sens.
Si Étoile d'Hiver possède une qualité, c'est bien la persévérance. Lorsqu'il a une idée derrière la tête, il fera tout pour la mener à bien. Dans une certaine mesure, on peut aussi le voir comme courageux. Il n'hésite pas à se mettre en danger, n'a pas peur de la douleur et se plaint très rarement. Cependant, cette bravoure peut aussi s'apparenter à de la folie. Son passé mouvementé et les atrocités qu'il a subi lors de sa captivité l'on certainement beaucoup marqué, notamment au niveau de son empathie. En effet, Étoile d'Hiver est impitoyable, n'éprouve presque jamais de remords et dispose d'une facilité à tuer totalement immorale. S'il est sociable et peu engager une discussion facilement, l'amitié est un sentiment qu'il ne connaît que très peu. Il ne s'attache à presque personne. Pourtant, les très rares félins à qui il accorde sa confiance et son affection auront gagner un véritable ami, toujours présent dans les situations difficiles comme dans les moments de joie, de bonne compagnie et infiniment dévoué. Gare cependant aux faux sourire, car Étoile d'Hiver est intelligent et imprévisible : il serait très bien capable de manipuler quelqu'un pour servir l'un de ses objectifs farfelus.
Étoile d'Hiver aime l'imprévu, être surpris et mis en difficultés. Mais peu apte à l'émerveillement, les situations ou les chats lui ayant déjà procuré ce sentiment sont moins nombreux que les griffes d'une patte... Il apprécit tellement l'inattendu et le péril qu'on peut presque le qualifier de masochiste, d'autant plus qu'il adore se battre, seule activité dont il ne se laisse pas et qu'il ne considère pas comme ennuyeuse. Sans entrer dans l'extrême, Étoile d'Hiver aime les félin à la personnalité excentriques, ou ayant une vision peu conventionnelle des choses.

Histoire

C'est l'histoire d'un chat qui s'ennuyait. D'un chat qui s'ennuyait terriblement. Qui s'ennuyait le matin en ouvrant les yeux, le midi en chassant son repas, le soir en s'endormant... Qui s'ennuyait. À en mourir.
Son interminable existence d'ennui débuta une nuit d'hiver, alors que la lune elle-même semblait lassée de diffuser à la terre sa lumière blafarde. Petite chose insignifiante aux plaintes aiguës et à la fourrure pâle, il eut la malchance de naitre sans frère ni soeur. Sans frère pour partager sa lassitude. Ni soeur pour échanger sur leur quotidien d'ennui. Et comme s'il n'avait pas déjà été assez malchanceux comme cela, il naquit dans l'endroit le plus ennuyeux qui soit : un foyer de Bipède. Plus précisément, à « La Chatterie Familiale de Perlorient ». Plus ennuyeux et ridiculement pompeux ? Jamais il ne trouva. De toute sa vie monotone, « Perlorient » fut bien l'endroit le plus lassant, et de loin. 
À la chatterie, les Bipèdes passaient leur temps à dorloter, cajoler, caresser, jouer avec les félins de « l'élevage ». Ils sélectionnaient mâles et femelles, organisaient les couples, pomponnaient leurs animaux pour les « concours » et parfois, les troquaient contre de curieux billets verts. Leur but était manifestement de « produire » des « chats de qualité ». Des chats sans cesse plus conforme à un standard, toujours plus docile et « gentil ». Rien de plus ennuyant, n'est-ce pas ? 
Et le petit malchanceux maussade dans tout cela ? Eh bien il s'ennuyait, indifférent aux manies curieuses de ses maîtres. Indifférent également quand, à sa naissance, les Bipèdes parurent un peu déçus que « Jenny-Queen » et « Jockey », leur meilleur couple, n'ait donné naissance qu'à un seul chaton. Encore indifférent quand, à une lune, les Bipèdes furent surpris que sa fourrure ne corresponde pas au standard de « Perlorient ». Toujours indifférent quand, à ses deux lunes, les Bipèdes furent catastrophés en découvrant sa nature.

Rebut stérile et incompatible au standard, le jeune félin fut expédié loin de chez lui. Mais à « La Chatterie Familiale de Perlorient », où la descendance et la couleur de fourrure étaient primordiales, pouvait-on seulement dire qu'il était « chez lui »...?
À deux lunes, il se retrouva chez d'autres Bipèdes. Ceux-là, bien que très ennuyeux, avaient au moins le mérite de ne pas être affublé de l'aspect ridicule et petit bourgeois de « Perlorient ». Mais, il poursuivit son ennui, ou plutôt, son ennui le poursuivait toujours. Peu à peu, la fadeur de la vie commença à exaspérer le jeune chat. C'est ainsi qu'il commença ses « expériences »... Incongrues, dénuées de logique et parfois périlleuses, le chaton tuait le temps en réalisant toute les idées qui sortaient de son esprit tordu. 
Un jour, alors que ses maîtres étaient absents, il se demanda ce qu'il lui arriverait s'il déchiquetait tous les rideaux de la maison. La sensation du tissu se déchirant entre ses griffes n'était pas en soi une pratique extraordinaire, mais cela fit passer le temps, et l'effarement des Bipèdes lorsqu'ils constatèrent les dégâts eut le mérite de l'amuser, au moins un peu. Les jours suivants, le chaton enchaîna les transgressions. Des rideaux, il passa au mobilier, puis au poisson rouge, puis aux chats du voisinage... Il semait le chaos sur son passage, récoltant réprimandes, insultes et blessures. Mais en expérimentant toute les idées qui lui traversaient l'esprit, la vie lui semblait moins fade et ennuyeuse.

Bientôt, alors que le chaton allait à peine avoir six lunes, ses maîtres l'abandonnèrent. Furieux des dégâts qu'il causait, ils l'emportèrent dans un endroit hostile et l'y laissèrent, livré à lui-même. L'endroit en question n'était rien d'autre qu'un quartier défavorisé de la ville. Des centaines de chats affamés y vivaient, peuplant des rues sombres aux relents d'ordures. Le danger grouillait, chiens errants à l'affût de proies faciles et monstres de Bipèdes tapis dans l'ombre, prêts à se ruer sur les malheureux qui oseraient poser une patte sur leur piste de pierre noire. Dans ce nouveau milieu de périls, le chaton se sentit un peu mieux. Tant de nouvelles choses à voir et d'expérience à défier ! Bien que tout cela restait terriblement fade, cet endroit était quand même mille fois moins lassant que « Perlorient » ou son foyer de Bipède. Il apprit à ses dépends à survivre dans la ville, volant dans les poubelles ou auprès de ses semblables. Il se fit battre, fuis, jeûna, dormit dans le froid... Et malgré la différence brutale entre le luxe de son existence de chat domestique et sa vie d'errance, jamais il ne se plaignit ou n'eût du mal à s'adapter. Le piquant de la famine et l'amertume de l'échec venaient relever légèrement la fadeur de la vie, et le temps lui semblait moins long et ennuyeux. 
Pourtant, un beau jour -si l'on peut qualifier de « beau » un quelconque jour-, ces ennuyeux Bipèdes se remirent en travers de sa vie. Alors âgé de douze lunes, la « Fourrière » débarqua dans son quartier. Ils emportèrent tous les animaux errants, afin de leur « donner une seconde chance et de les faire adopter ». Le jeune chat fut catastrophé à l'idée de retourner dépérir dans l'ennui chez des Bipèdes aussi flasques qu'accablant. Il commençait tout juste à se satisfaire du peu de divertissement qu'il avait trouvé ici ! Bien heureusement pour lui, les Hommes avaient le cœur noir et corrompu. Et cette noirceur fut son salut. En effet, certains Bipèdes de la fourrière devaient manifestement s'ennuyer au moins autant que le jeune chat, car au lieu de chercher aux animaux trouvés un nouveau foyer, ils en firent leur esclaves. Ces Hommes de corruption les conduisirent dans un hangar sombre, où ils les entraînèrent à se battre, à haïr et à tuer, dans le simple but de les satisfaire de combats sanglants entre animaux. Ce fut dans ce hangar, entre les barreaux de son étroite cage que le jeune chat rencontra Dent de Tigre. Ce « chat de Clan » avait été capturé par les Bipèdes alors qu'il était en « mission spéciale » pour son Clan. Quelque fut son passé de fier guerrier, il n'était plus maintenant qu'un esclave des Hommes, crachant sa rancœur dans la cage situé à droite de celle du jeune chat. Une nuit, après que les animaux furent entraînés à se battre, à haïr, à tuer, et qu'ils furent de nouveaux seuls et enfermés dans leur cage, Dent de Tigre l'interpella :
- Eh ! Petit ! Oui, toi là, avec les yeux indigo ! Comment t'appelles-tu ?
- Je n'ai pas de nom. Répondit-il simplement. Certes, les Bipèdes m'ont par le passé attribué un nom très ridicule et ennuyeux, mais je l'ai oublié. Ça n'a, après tout, pas la moindre importance.
Le guerrier cilla, surpris par le calme laconique de cette réponse, provenant pourtant de la bouche d'un si jeune chat :
- Et bien, tu permettras que je t'en donne un, ce sera plus pratique si je veux t'interpeller. 
Comme le jeune chat ne répondait pas, il ajouta :
- Je t'appellerai Nuage d'Hiver, puisque, vu ton âge, tu serais encore apprenti dans un Clan, et le blanc de ta fourrure m'évoque la mauvaise saison.
Et c'est ainsi que Dent de Tigre et Nuage d'Hiver commencèrent à discuter. Le grand guerrier raconta au jeune chat la vie au sein du Clan, lui apprit toute les coutumes et les croyances. Nuage d'Hiver n'était pas vraiment intéressé par les histoires de son aîné, mais l'écouter faisait passer le temps, qui lui semblait infiniment long en attendant la scéance de combat ou d'entraînement, seuls moments où il ne s'ennuyait pas du tout. De plus, il appréciait pouvoir idéaliser la vie en Clan, dans laquelle, selon Dent de Tigre, on ne s'ennuyait jamais. Pour Nuage d'Hiver, c'était l'existence elle-même qui était fade et farineuse, comme des restes de nourriture rence. Quelque soit le mode de vie adopté, l'ennui persistait, il n'existait aucune sauce pour dissimuler le goût infecte de la vie. Mais il s'amusait au moins un peu à rêver l'utopie irréelle d'une vie sans lassitude. Le Clan des Étoiles aussi l'intriguait, puisqu'il ne pouvait concevoir une existence éternelle. Pourtant, durant ses longues heures d'ennui, songer aux croyances ridicules des chats de Clan fut sa dernière branche pour ne pas tomber dans les abîmes de la morosité, si bien qu'il finit par s'amuser à y croire.

Dans les ténèbres du hangar, Dent de Tigre et Nuage d'Hiver furent bien vite les derniers animaux à posséder encore leur raison. Chiens et chats avaient tous finis par succomber à la douleur, noyant leur mal-être dans la haine et la folie meurtrière que leur inculquait les Bipèdes. Tandis que Dent de Tigre s'accrochait au Clan des Étoiles pour résister à la démence, Nuage d'Hiver se contentait d'observer. Depuis toujours, il avait vécu sa vie avec un regard comme exteriorisé, si bien qu'il s'était toujours rendu compte du ridicule de certaines situations et de la futilité de certaines réactions. De la même manière qu'il avait toujours su que son existence était terriblement banale et ennuyeuse. Sa captivité et la maltraitance dont il était victime ne l'affectait, pour ainsi dire, pas vraiment. Il constatait que les Bipèdes essayaient de le rendre fou de haine, et qu'ils faisaient en sorte que sa rage puisse devenir meurtrière, en lui faisant subir de sanglants entraînements. Mais le jeune chat restait calme, se contentant d'apprendre les techniques mortels et de subir la douleur en silence. 
Cette situation aurait pu durer encore une éternité. Nuage d'Hiver aurait pu mourrir de ses blessures, de vieillesse ou bien de fatigue dans ce hangar, mais le Clan des Étoiles, ou n'importe qui que soit qui décidait de l'histoire ennuyeuse de la vie, en avait décidé autrement. Car un jour, les Bipèdes convinrent que le combat du soir opposerait Dent de Tigre et Nuage d'Hiver. Les deux félins furent jeter hors de leur cage, dans l'arène grillagée au sol taché de sang qui trônait au centre du hangar. Tandis que les Hommes se rassemblaient autour d'eux, commencèrent à parier et à crier pour énerver les animaux, les deux compagnons restèrent figés. Nuage d'Hiver n'avait jamais imaginé une seule seconde devoir se battre un jour contre son camarade. Et l'idée, aussi incongrue fut-elle, ne lui sembla pas valoir la peine d'être testée. Dent de Tigre, lui non plus, ne paraissait pas vouloir se battre. Les deux chats restèrent immobiles dans l'arène, se dévisageant, l'un d'un air effrayé, l'autre la mine résolue. Mais bien vite les Bipèdes n'eurent plus la patience d'attendre. Ils voulaient leur carnage, et maintenant. Alors plusieurs d'entre eux se mirent à aboyer :
- Amenez Leatherface ! Amenez-le, on va secouer ces deux sacs à puces !
Les Bipèdes s'agitèrent puis tirèrent dans l'arène une grande cage de bois solide. Seule la petite porte barrée d'acier permettait de voir l'intérieur sombre de la geôle, et ce que virent les félins dressa sur leur échine la totalité de leurs poils. Massif, un corps long et musculeux, des pattes courtes et puissantes, un museau allongé et large, surmonté directement par un front plat et solide... Un chien énorme à la fourrure rase et blanc sale sortit en grondant de sa prison. Ses yeux noirs et minuscules étincelaient de rage, semblable à des charbons ardents au milieu d'un visage hostile couturé d'innombrables cicatrices. Nuage d'Hiver eut à peine le temps de réaliser que sa vie d'ennui allait prendre fin aujourd'hui et que, curieusement, cela ne l'arrangeait pas plus que cela : le gros chien avait déjà bondit en direction de Dent de Tigre, l'écume aux babines. Le guerrier esquiva son attaquant à la dernière seconde, et le molosse s'écrasa contre le grillage de l'arène, faisant trembler la structure et japper d'excitation les Bipèdes. L'imposant canidé s'ébroua et fit de nouveau face aux deux chats en grondant, plus rapidement que ne l'avait espéré Nuage d'Hiver.
- Nuage d'Hiver ! Cria le guerrier. Nous devons unir nos forces pour venir à bout de ce monstre ! Il est rapide et puissant, seuls, nous ne pourrons rien faire contre lui, mais en combinant nos attaques, on a peut-être une chance !
Le jeune chat hocha la tête, approuvant l'idée, mais le molosse attaquait de nouveau, ciblant toujours Dent de Tigre. Cette fois, les crocs du chien trouvèrent de la chair à déchiqueter, et en un instant, Dent de Tigre fut immobiliser sur le sol. Obéissant aux encouragements sauvages de ses maîtres, le monstre blanc saisit la patte du guerrier et se mit à le secouer en tout sens, le frappant contre les parois de l'arène et le sol. Des craquements immondes se firent entendre, et la fourrure du compagnon de Nuage d'Hiver fut bien vite poisseuse de sang. Pétrifié, le jeune chat savait que son camarade était mort depuis longtemps, pourtant, le chien continuait à s'acharner sur son corps, l'envoyant valser dans les airs, désarticulé et fracassé. Une rage et une douleur inconnues montèrent dans le cœur las de Nuage d'Hiver, alors même qu'il comprenait que Dent de Tigre avait été son seul ami. Son seul compagnon dans son ennui, son seul soutient dans cet endroit affreux. Jusqu'à présent, il avait été imperméable au drame de sa situation, justement parce qu'il ne trouvait pas son cas si invivable que cela. Et c'était en partie grâce à Dent de Tigre que sa captivité était supportable. Il s'ennuyait, certes, mais bien moins ici qu'ailleurs. Sona amitié avec le guerrier, la douleur, les combats... Tout cela relevait un peu la fadeur de la vie. Mais sans son compagnon, l'attente du soir, période à laquelle se déroulaient entraînements et affrontements, serait bien plus longue et monotone. Il mourrait d'ennui avant de pouvoir vivre son prochain combat. Et il n'était pas près à mourrir, aussi insipide et ridicule que soit son existence. Ah ça non !
Le chien venait tout juste d'en finir avec Dent de Tigre, et se retournait maintenant lentement vers Nuage d'Hiver, grondant de rage, le museau aspergé du sang de sa victime. Le jeune chat sorti les griffes, et planta son regard indigo dans celui du monstre, déterminer à s'en sortir. Puis le molosse chargea, les crocs en avant. Mais Nuage d'Hiver fut plus rapide et l'évita. Vif comme l'éclair, le chien reparti à l'attaque aussitôt. Le jeune chat recula vers la paroie de l'arène puis esquiva de justesse l'offensive. Il n'essaya même pas d'attaquer son adversaire, c'était une pure folie, et il le savait. Il devait se contenter de l'éviter, mais le jeune chat avait un plan. 
Il avait bien remarquer à quel point la structure de l'arène avait tremblé sous la charge du molosse et les coups qu'il lui avait donné avec le corps de Dent de Tigre. Si le chien la heurtait suffisamment violamment, peut-être s'effondrerait-elle ? Peut-être Nuage d'Hiver pourrait-il, s'enfuir ? Il ne souhaitait plus rester prisonnier de ce hangar lugubre, il en avait assez de jouer les esclaves pour ces Bipèdes ridicules et ennuyeux. Le chien repassa à l'attaque, et le jeune félin l'évita en roulant au sol, frôlant une mort certaine. Le chien heurta le mur de l'arène dans un fracas métallique, mais la structure tint bon. Ah bon ? Ce stupide canidé ne devait pas suffisamment être furieux ! Il devait pouvoir mettre plus de force que cela ! Nuage d'Hiver tenta le tout pour le tout et, provoquant son adversaire, plongea ses crocs profondément dans l'une de ses pattes arrières. Le chien glapit de douleur et fit volte-face pour mordre le jeune chat, ses petit yeux noirs lançant des éclairs de haine. Furieux, il attrapa le félin entre ses mâchoires et le jeta à travers l'arène. La douleur transperça Nuage d'Hiver lorsque les crocs de son adversaire pénétrèrent sa chair et le lacérèrent, puis il sentit son souffle lui manquer lorsqu'il heurta violemment le sol. Pourtant il s'obligea à se relever, tremblant, du sang tâchant sa fourrure immaculée et collant ses poils entre eux. Le chien était de nouveau prêt à attaquer, mais le jeune chat lui aussi était prêt. Lorsque le monstre s'élança à toute allure contre Nuage d'Hiver, poussant un aboiement terrifiant, le félin se laissa rouler au sol pour l'éviter. Son adversaire, heurta une nouvelle fois le mur de l'arène dans un grand bruit. Et cette fois fut la bonne. Le grillage trop tendu céda sous la puissance du coup, s'écroulant sur les Bipèdes attroupés autour de l'arène. Ces derniers poussèrent des hurlements de surprise et de colère, mais Nuage d'Hiver ne leur prêta pas attention. Réunissant ses dernières forces, il fila en direction de la sortie, zigzaguant entre les mains tendues des Bipèdes furieux qui tentaient de le rattraper, mettant le plus de distance possible entre lui et le molosse sonné qui se s'ébrouait dans les décombres de l'arène. Quelques bonds agiles et il retrouvait enfin l'air libre, après douze lunes d'enfermement. Conscient que le danger n'était pas encore totalement écarté, Nuage d'Hiver continua à courire le plus vite possible, poussé par l'adrénaline.
Après de longues minutes de course effrénée, Nuage d'Hiver trouva refuge dans un conteneur à ordure d'une ruelle sombre de la ville. Là, il nettoya ses blessures tout en songeant à ce qu'il allait faire. Dent de Tigre et son esclavage avaient été les choses les moins ennuyeuses qu'il ait connu. Que pouvait-il faire pour espérer pouvoir occuper ses interminables journées d'ennui, au moins aussi bien que ces dernières lunes ? Soudain, une idée germa dans l'esprit du jeune chat. Un idée folle, dépourvue du moindre sens, et tellement absurde que Nuage d'Hiver ne pu s'empêcher de la trouver excitante. La forêt, voilà quelle serait sa destination. Il se souvenait des histoires de Dent de Tigre à propos des Clans qui y vivaient. Le guerrier racontait venir du Clan de l'Ombre, le plus puissant des quatre. Il racontait que chaque Clan était dirigé par un chat doté de neuf vies. Que la grotte du Clan des Étoiles se trouvait dans la montagne qui s'élevait non loin des plateaux du Clan du Vent.
Le Clan des Étoiles. Nuage d'Hiver était curieux de pouvoir le rencontrer dans un rêve, peut-être y verrait-il Dent de Tigre ? 
L'idée si folle du jeune félin était simple : devenir le nouveau chef du Clan de l'Ombre. C'était un défi suffisamment incongru pour que Nuage d'Hiver ne songe même plus à son ennui. De plus, parvenir à son objectif serait long et fastidieux, de quoi l'occuper un moment. Satisfait de son idée, le jeune chat se roula en boule et s'endormit.

Quelques lunes s'écoulèrent, durant lesquels Nuage d'Hiver s'appliqua à guérir de ses blessures et à se préparer pour son objectif. Quand enfin, un matin d'hiver, il prit la route de la forêt, il était totalement paré à accomplir son dessein. 
Un fin duvet de neige immaculée couvrait les arbres et le sol de la forêt, tandis que le ciel était chargé de lourds nuages gris. Un vent froid soufflait face au jeune chat, glaçant ses oreilles déchirées et sa truffe délicate. Pourtant, il marchait sans broncher en direction des marais où vivait le Clan de l'Ombre. La folie de l'acte qu'il allait accomplir exaltait son âme, le réchauffant jusqu'au plus profond de lui. Il finit par décider de se poster à l'affût dans un buisson, la bise glaciale face à lui pour être sûr de ne pas être repéré. Puis il attendit, guettant longuement les environs, à la recherche de ce chef que l'on nommait Étoile d'Aube. Durant ses lunes de récupération, le jeune chat avait apprit au sujet du meneur bien plus qu'il ne l'aurait espéré. Ainsi, le chef du Clan de l'Ombre serait un matou gris clair aux yeux bleus, reconnaissable à la petite tache blanche qui ornait son front. Nuage d'Hiver était sûr de pouvoir l'identifier sans difficulté. Quand à Tempête Sombre, son fidèle lieutenant, il pourrait le trouver facilement aussi : un vieux chat noir à la queue annelé de blanc, ça ne courrait pas les rues !
Alors que Nuage d'Hiver commençait à s'enuyer sérieusement et songeait à changer de stratégie, la chance se décida enfin à lui sourire. Un imposant mâle à la fourrure grise s'avança dans la clairière humide qui s'étalait devant le buisson épineux dans lequel était dissimulé le jeune chat. Ses yeux bleus reflétait sa préoccupation, et Nuage d'Hiver entendit le mâle soupirer alors qu'il s'asseyait dans la neige. Étoile d'Aube semblait perdu dans ses pensées. De plus, il était seul. C'était parfait. Sans songer une seule seconde à la lâcheté et à l'horreur de l'acte qu'il allait commettre, Nuage d'Hiver se glissa hors de son buisson, invisible pour sa victime, qui lui tournait le dos. Tout ce que voyait le jeune félin était qu'il n'allait pas s'ennuyer pendant les quelques secondes que durerait son affrontement avec le chef du Clan de l'Ombre. Et si ce dernier possédait encore ses neuf vies, Nuage d'Hiver serait distrait de son ennui plus longtemps encore. Une fois chef à la place d'Étoile d'Aube, il aura sans doute plein de nouvelles choses à expérimenter. Avec le pouvoir et tout une bande de chat à ses ordres, nul ne pouvait prévoir les idées excentriques qui sortiraient de son esprit tourmenté.
Sans prévenir, le jeune chat bondit sur le matou gris, plantant ses griffes au plus profond de la chair de son adversaire. Dans un feulement de douleur et de surprise, le meneur roula au sol pour se débarrasser de son adversaire avant de contre-attaquer d'un vigoureux coup de patte. Mille épines de souffrance vinrent se planter dans le visage de Nuage d'Hiver, tandis que le sang lui broullait la vue. Il avait manqué de perdre son œil gauche, mais il ne devait pas hurler. Étoile d'Aube avait déjà fait suffisamment de bruit, et il ne fallait surtout pas alerter les autres membres du Clan de l'Ombre. Si ceux-là venaient se mêler du combat, les chances de succès de Nuage d'Hiver en seraient fortement réduites. 
Sans s'attarder plus longtemps, le jeune félin bondit de nouveau sur l'imposant mâle gris. Les deux chats roulèrent dans la neige, la teintant de rouge sur leur passage, puis enfin, Nuage d'Hiver prit le dessus et plongea ses crocs dans la gorge du chef. Étoile d'Aube émit un gargouillis tandis qu'un filet de sang s'échappait de sa gueule. Ses yeux se voilèrent... pour ne plus jamais se rallumer. C'était tout ? Le meneur venait manifestement d'épuiser sa dernière vie. Satisfait, Nuage d'Hiver entreprit de traîner le corps jusqu'à trouver des membres du Clan de l'Ombre. Montrer à tous les chats du Clan de l'Ombre la dépouille de leur chef puis leur ordonner de se soumettre était le meilleur compromis entre efficacité et absurdité amusante qu'ait trouvé Nuage d'Hiver.
Peu de temps après, le jeune félin se trouvait au centre du campement du Clan de l'Ombre, cerné par des guerriers consternés, horrifiés et endeuillés. Nuage d'Hiver était tombé sur une patrouille qui, profondément choquée, avait accepter de le mener à leur repère sans trop poser de question. Tout se passait bien. Tellement bien que cela en était exaspérant. La vie était décidément tellement fade et prévisible. Heureusement, le faite que tout se déroulait exactement comme dans ses plans ne rendait pas moins absurde et divertissante son expérience.
- J'ai tué votre chef. Fit-il avec modestie. Maintenant, c'est à moi que vous obéirez. Soumettez-vous, ou mourrez.
Une vieux mâle noir se détacha de l'assemblée et cracha :
- Assassin ! Si tu crois que je vais obéir à une ordure de ton espèce, tu te fourre la patte dans l'œil ! C'est moi qu'Étoile d'Aube avait choisi comme successeur ! C'est moi le nouveau chef !
Tempête Sombre. Le sang de Nuage d'Hiver ne fit qu'un tour. À peine le lieutenant eût-il finit de parler que le jeune chat bondit sur lui et l'égorgea d'un coup de patte. Tandis que le vieux mâle s'écroulait dans son sang, la stupeur encore gravée sur son visage, Nuage d'Hiver reprit avec calme :
- Voilà ce qui arrivera à ceux qui se rebellent.
Les félins du Clan de l'Ombre restèrent figés, effarés. Leurs expressions étaient tellement amusantes à voir que Nuage d'Hiver se prit à sourire. Une chose qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. 
Dans le genre absurde et cynique, il battait des records jamais effleurés. Mais le plus amusant, c'était que son plan avait fonctionné. Peur ou respect de la force de Nuage d'Hiver, le jeune chat ne su jamais ce qui poussa les chats du Clan de l'Ombre à l'accepter plutôt que de s'unir pour le tuer et venger Étoile d'Aube et Tempête Sombre.

Nuage d'Hiver, devenu Étoile d'Hiver, instaura son autorité. Il interrogea les membres de son nouveau clan pour dénicher des amis proches de Dent de Tigre. Quelques uns devinrent rapidement des guerriers de confiance, qui le guidèrent jusqu'à la Pierre de Lune, où il s'apprêtait à recevoir ses neuf vies. Pourtant, après une nuit dans la grotte sacrée, Étoile d'Hiver se réveilla sans vies supplémentaires. Il ne révéla rien à ses guerriers, de toute manière, il lui était égal que le Clan des Étoiles ne l'accepte pas comme nouveau meneur. Ce qui comptait était la fidélité des membres du Clan, et cela était devenu son nouvel objectif.

RÉSUMÉ :
0-2 lunes : Chatterie de Perlorient
2-6 lunes : Foyer de Bipèdes
6-12 lunes : Chat errant
12-24 lunes : Esclavage
24-30 lunes : Préparation de son objectif
30-50 lunes : Chef du Clan de l'Ombre

Derrière l'écran


ton Puf : Ari
Ton âge (facultatif) : 17
Comment a tu connu le forum ? : Je suis inscrite depuis longtemps.
A tu des suggestions pour le forum ? : Eh bien, on travail encore dessus avec Étoile de Feuille !
Les Codes du règlement : ok  
Petit mot de la fin : Vous avez des gnocchis ? :D
camo for lgdcprophetie.forumactif.com

_________________

Etoile d'Hiver s’ennuie en #9999ff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile de Feuille
Admin
avatar

Messages : 517
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 16
Localisation : hum... 8D

MessageSujet: Re: Présentation d'Etoile d'Hiver   Ven 27 Juil - 0:19

présentation validée ! très bon personnage avec beaucoup de possibilités j'ai hâte de voir ce que ça va donner

_________________
merciii Oeil du Crepuscule :
 


merciii Petit Renard :
 


Etoile de Feuille te taquine en #006600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdcprophetie.forumactif.org
 
Présentation d'Etoile d'Hiver
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Poussière d'Etoile, DC de Petite Fleur
» Etoile du Cerisier, la présentation !
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Etoile d'Elendil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans Prophetie :: Introduction :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: